• Montant 1
  • coordonnées 2
  • Paiement 3

Continuer
Continuer Retour

Action en justice contre les propos homophobes d’un candidat du Front national

€436,00 raised
GOAL: €3 .000,00

Mousse lance une opération de crowdfunding pour financer un procès à l’encontre d’Antoine Ormain, candidat du Front national lors des élections départementales du 22 mars 2015 à Angers.

Votre don est déductible d'impôt à hauteur de 66%.

 

PROPOS HOMOPHOBES

Antoine Ormain a posté l’image et le commentaire ci-dessous sur Twitter et sur Facebook :

Post_Antoine_Ormain.jpg

En montrant deux hommes de dos presque nus portant un drapeau arc-en-ciel, la photographie tend à réduire la présence des homosexuels dans l’espace public à cette seule image. Cette publication exhorte explicitement le public à considérer les homosexuels comme des personnes immorales qui n’ont « aucun droit à l’existence ».

La violence de ces propos est inacceptable de la part d’un candidat d’un des principaux partis politiques français. C’est pourquoi l’association Mousse a besoin de votre soutien pour agir judiciairement à l’encontre d’Antoine Ormain.

 

A QUOI VA SERVIR LE FINANCEMENT ?

Une plainte avec constitution de partie civile permet de saisir directement le juge d’instruction pour qu’il réalise une enquête sur les faits dénoncés par la plainte, afin que l’affaire soit tranchée par un tribunal.

Avant de commencer son enquête, le juge d’instruction demande au plaignant de verser une somme d’argent, appelée consignation, qui constitue une garantie contre les plaintes abusives. Cette somme est restituée à la fin du procès si la bonne foi du plaignant est reconnue. Dans cette procédure engagée par l’association Mousse, le juge devrait fixer le montant de la consignation à environ 500 €. 

Par ailleurs, pour aller au bout de la procédure, l’association Mousse a besoin de fonds pour régler les frais d’avocats et de procédure. Ces frais seront d’environ 2500 €.

Il est donc nécessaire de réunir 3000 € pour mener à bien cette action judiciaire contre Antoine Ormain.

Or, l’association Mousse, association à but non lucratif, ne dispose pas cette somme. Elle fait donc appel à votre solidarité afin de lui permettre de faire condamner Antoine Ormain et de dissuader à l’avenir d’autres personnalités politiques de tenir des propos de haine à l’encontre des homosexuels. 

 

CONTREPARTIE

Pour 5 € ou plus
Un grand merci pour votre action ! Vous avez contribué à lutter contre les propos de haine homophobes en rendant possible une action contre le candidat d'un des principaux partis politiques français.

Pour 10 € ou plus
Un grand merci pour votre action ! Vous avez contribué à lutter contre les propos de haine homophobes et êtes désormais membres de l'association Mousse.

Pour 20 € ou plus
En plus des autres avantages, cette contribution vous permet de bénéficier d’une réduction d’impôt sur le revenu. Demandez votre reçu fiscal à l’association Mousse. L’administration fiscale déduira 66 % du don des impôts sur le revenu. Ainsi, un don de 20 € ne vous coûtera que 6,80 euros après déduction.

Pour 30 € ou plus
En plus des autres avantages et de la déduction fiscale, votre nom sera cité sur une page dédiée du site www.assomousse.org, comme Grand Bienfaiteur de l'Association Mousse et de la lutte contre les propos de haine homophobes !

 

A PROPOS DE L'ASSOCIATION MOUSSE

L’association Mousse a été créée en 2000 par des étudiants de Science Po Paris avec comme objectif la lutte contre toutes les formes de discriminations sociales, politiques ou économiques à l’encontre des lesbiennes, gays, bis et trans.
Aujourd’hui, l’association s’implique dans la lutte contre toute forme de discrimination liée au sexe, au genre ou à l’orientation sexuelle, en exerçant notamment les droits de la partie civile à contre les auteurs de propos et discriminations homophobes.

Mousse est actuellement partie civile dans plusieurs procès, notamment à l’encontre :
-    de Christine Boutin pour ses propos « l’homosexualité est une abomination » ;
-    de l’élue de Marseille, Sabrina Hout, pour avoir refusé de marier un couple de lesbienne ;
-    du journal Maroc Hebdo pour sa Une questionnant « Faut-il brûler les gays ? » ;
-    du GUD, pour son affiche appelant à la violence physique contre les homosexuels.